Mooc myEmmanuel

PARCOURS SAINT MARC

VOTRE PROGRESSION :

L’Évangile de Saint Marc est un parcours d’une richesse incroyable pour vivre une transformation intérieure. Jésus a formé ses disciples selon une pédagogie particulière avec des étapes précises jusqu’à en faire des disciples-missionnaires. Ce parcours Saint Marc propose donc d’entrer dans cette pédagogie de Jésus pour nous laisser « coacher » par lui à notre tour. Découvrez la Parole de Dieu sous un autre jour, et empruntez vous aussi le chemin très concret qu’ont suivi les premiers disciples de Jésus.

Regarder le teaser

Vous devez être authentifié pour participer à ce mooc

A propos de ce MoocPlan du MoocRessources de ce Mooc

INTRODUCTION

Ce Parcours de formation de « disciple-missionnaire » a été construit pour être donné sur une semaine de retraite ou sur une année scolaire dans un esprit de « conversion ». Il cherche à faire vivre aux participants une certaine « mise à l’écart » (Mc 4,10) pour recevoir le processus de formation donné par Jésus lui-même, et consigné d’une manière particulière dans l’Évangile de Marc.

L’originalité de ce parcours est triple.

La première originalité du Parcours est le fait de tenir ensemble trois domaines : le commentaire de la Parole de Dieu  (l’enseignement), la formation du Christ à ses disciples (le gouvernement), et les changements qu’induit cette formation sur le cœur du disciple (sa sanctification). Ces trois domaines font écho à la triple vocation du baptisé : prophète, roi, et prêtre.

La seconde originalité du parcours est sa dimension « décentrée ». Certes l’auditeur regardera honnêtement tout au long de la retraite « ses affections déréglées » (Ignace, 1er enseignement) mais rapidement il comprend que le terme de l’Évangile est d’ « aller dans le monde entier pour faire des disciples ». Ce but nous invite à recevoir la formation du disciple, non comme une expérience pour soi, pour être meilleur, mais offrira au fur et à mesure les clefs pour essayer de rendre le monde « meilleur », tourné vers le Père en entrant progressivement dans un esprit d’offrande à l’image du Fils.

La troisième originalité est le sentiment, à la fin du Parcours d’avoir fait un travail exhaustif. En effet l’intégralité de l’Évangile de Marc est donné à lire ; et l’explication orale montre les étapes qui me paraissent les plus importantes de la formation donnée par Jésus sur trois années. Ainsi en une semaine ou une année, l’auditeur aura reçu les bases de la formation du disciple. Ces étapes sont mises en valeur dans le plan thématique (ci dessous).

Ce MOOC[1] rassemble les vidéos, textes, plans et questions, et d’autres outils qui accompagnent les 15 enseignements et qui permettent à chaque participant d’être guidé dans cette suite.

Au seuil de cette aventure que nous allons vivre je remercie d’une manière particulière le Père Jean Philippe Fabre et Michel Guegen qui m’ont appris à lire l’Évangile de Marc comme une histoire ; les foyers de charité pour avoir été les premiers à m’encourager dans la prédication de retraites ; la Communauté de l’Emmanuel avec ses frères prêtres et laïcs qui m’ont fait vivre les expériences nécessaires pour l’écriture d’un tel parcours.

Père Paul DOLLIE

[1] Massive Open Online Courses (cours ouvert à tous sur internet).

L'enseignant : Paul Dollié

Le père Paul Dollié est prêtre du diocèse de Paris et membre de la Communauté de l’Emmanuel. Il a été ordonné en 2005, et est actuellement curé de paroisse à Vannes. Il enseigne depuis son ordination l’Evangile de Marc à différents publics (lycéens, jeunes professionnels, catéchumènes, chrétiens confirmés). Son amour de la Parole le conduit à animer des retraites, en particulier dans les foyers de charité, et au sanctuaire de l’île Bouchard (Chézelles).

Fonctionnement du Parcours

Le Parcours saint Marc est varié, en alternant enseignements en vidéo, questions pratiques et partage en équipe.

Partage en équipe ? En effet même si le MOOC permet de travailler seul, nous conseillons fortement de constituer une petite équipe (cénacle) idéalement de 8 personnes pour reprendre chaque enseignement avec les questions proposées. N’est-ce pas l’invitation du pape François dans la Joie de l’Évangile au n° 175. « L’évangélisation demande la familiarité avec la Parole de Dieu et cela exige que les diocèses, les paroisses et tous les groupements catholiques proposent une étude sérieuse et persévérante de la Bible, comme aussi en promeuvent la lecture orante personnelle et communautaire ». Les témoignages audios, ci dessous, rendent compte de l’apport d’un cénacle pour la lecture de l’Évangile.

Si cette réunion est impossible ou que ce cadre n’est pas souhaité, la méthode demeure la même : chaque vidéo est accompagnée de questions qui précédent son écoute ou qui la poursuivent. Ce travail permet que l’enseignement soit à la fois préparé et repris pour une meilleure actualisation de la Parole de Dieu dans nos vies. En cela le Parcours s’inspire sensiblement du Parcours Zachée proposé par la Communauté de l’Emmanuel.

Durée :

Le parcours se déroule généralement sur une année scolaire, à hauteur d’une soirée par semaine pendant 9 mois (hors vacances). Ce rythme est imposé par l’alternance entre les enseignements et le temps de reprise en cénacle.

Les outils pour vivre le Parcours :

Les vidéos :

Elles sont volontairement longues, environ une heure. Pourquoi ? Chaque conférence essaye de donner une explication des textes dans leur contexte, de montrer à partir d’exemples d’aujourd’hui ce que la Parole de Dieu dit de « Jésus formateur » et de montrer les conversations qu’induisent cette formation. Ce triple niveau de lecture nécessite d’investir du temps.

Les textes et les plans bibliques :

Chaque enseignement audio est accompagné d’une ou plusieurs pages de textes (sauf 4 bis : le sacrement du pardon). Ces pages permettent d’avoir le plan de la conférence, et les textes importants qui y sont cités. Une lecture rapide du plan, d’un œil, avant et après l’écoute de la vidéo est bien profitable. A ceci s’ajoute 2 plans bibliques qui sont donnés avant la lecture des chapitres  8 et 11, ainsi que des documents annexes sur le pardon et le temps d’échange en couple. Une édition papier de l’ensemble des textes du Parcours est envisagée. A ce jour l’ensemble des textes donnés au cours des retraites saint Marc, est téléchargeable en une seule fois (78 pages).

Les questions :

A la fin de chaque enseignement deux séries de questions sont proposées. Une première série intitulée « Questions pour accorder notre vie à l’Évangile ». Ces questions font le lien entre l’enseignement précédemment entendu et notre quotidien. Elles sont à travailler dans le silence et parfois en couple, suivant l’appétit de chacun ; elles seront partagées dans le cadre d’un parcours en paroisse dans des cénacles (groupes de partage) ; dans le cadre d’une retraite elles nous aident à vivre ce temps de la conversion et du discernement au cœur du silence. Une seconde série de questions prépare l’enseignement suivant et permettent de repérer dans le texte qui sera commenté des éléments essentiels. Elles sont intitulées « Questions pour comprendre le texte et l’enseignement suivant ».  Dans le cadre d’une retraite seules les questions en gras sont à traiter. En effet une retraite n’est pas une session de Bible.

Le plan du Parcours et l’agenda type : Un plan du Parcours, sans date précise permet de voir sur une page, l’ensemble des thèmes abordés dans le parcours, et à travers une question finale la démarche de conversion qui est proposée. L’agenda reprend les enseignements en les inscrivant sur une année scolaire. L’explication précise de cet agenda permet de mieux comprendre la démarche et de ne pas faire d’erreur dans le déroulement (voir document pour les responsables de cénacles).

La prière de confiance au Père : Elle a été rédigée spécialement pour le Parcours. Elle est dite avant d’écouter les conférences et avant de vivre le partage en cénacle (fraternité). Elle réoriente les auditeurs vers l’objectif du Parcours.

L’icône du Parcours : Cette icône a été spécialement écrite pour le Parcours par Sonja Skrepek. Elle rassemble sur une image les grands thèmes de l’appel du disciple. Lors du partage en cénacle, il est bon de l’installer dans un lieu visible de tous, en particulier pendant la prière qui précède le partage. Cette icône est téléchargeable ci dessous. Elle peut être aussi commandée sur Satisfecit en différents formats.

Les outils pour commencer un cénacle : Une fiche permet d’avoir des indications pour animer le premier cénacle : comment prendre la parole ? Quelle répartition horaire ? Que faire au premier cénacle ? Une lettre « toute faite » permet d’inviter au premier cénacle. Enfin un bulletin d’inscription type, permet de traduire « en engagement » la démarche du Parcours. En effet une fraternité n’est possible que si les participants s’engagent. Cet engagement ne vient qu’après l’écoute du second enseignement qui symboliquement « termine les portes ouvertes » (voir fiche agenda expliqué).

L’accompagnement : L’accompagnement se calque sur la manière de former de Jésus. En effet Jésus passe plus de temps pendant trois années de ministère à accompagner les douze disciples qu’à enseigner les foules. Cet accompagnement peut se vivre au sein du parcours entre prêtres et laïcs ou entre laïcs. Il n’a rien d’obligatoire, et nécessite des personnes capables d’écouter et un minimum formées aux étapes de la vie spirituelle.

Le Week-end Saint Marc : Il permet d’introduire la personne de l’Esprit Saint au cœur du Parcours. Sans l’Esprit Saint, les disciples restent dans la peur et ne partent pas en mission. Les vidéos seront prochainement enregistrées. Les audios sont disponibles sur demande.

Bonne route !

A qui s'adresse le parcours ?

A tout chrétien !  comme l’Évangile s’adresse à tous.

Le parcours Saint Marc est adapté à la formation du disciple après une première annonce (type Parcours Alpha). Il est davantage un parcours de « conversion personnelle » et de « conversion pastorale » qu’une initiation à la foi chrétienne.

Il ne demande pas de formation particulière sur l’Écriture Sainte, mais un désir de suivre le Christ jusque dans les conversions les plus concrètes de notre vie, et de nos communautés. L’Évangile de Marc a été volontairement choisi, comme le plus accessible et le plus court. Le challenge étant de montrer que derrière cette simplicité se cache une parole « puissante pour notre vie » (He 4,12).

Il est particulièrement adapté aux paroisses qui souhaitent se mettre en fraternités, aux mouvements qui aiment travailler sur un thème d’année, et aux communautés qui trouveront des outils pour se laisser interpeller à nouveau par la Parole de Dieu.

Il s’inscrit dans l’esprit de la nouvelle évangélisation proposé par le Pape François dans la Joie de l’Évangile.

Plan du parcours
Etude sur Passage plus étudiéVerset retenuPoints de spiritualitéQuestions finales
1

 

Le début, le centre et la fin de l’Evangile. 

(1,1 ; 8,29 et 15,33-39) : les versets qui délimitent le plan.

 

La confession de Pierre (8,27-33)« Pour vous qui suis-je ? » (8,29)1. Qu’est-ce qu’un Evangile ?

2. Plan et but de l’Evangile : connaissance du Christ et découverte de notre appel.

Qui est le Christ  pour moi ?
2Aller au désert pour entendre le Père  (1,1-11)

(+ Ps 138 (139) ou 130 (131) si nécessaire).

Le baptême : (1,9-11)

 

« Tu es mon Fils bien-aimé » (1,11)

 

L’amour de soiAi-je déjà fait une rencontre du Christ ?

Suis-je en paix avec moi-même, les autres ?

3Entendre le Christ et sortir de la mer  (1,12-20)

 

L’appel des 4 (1,16-20)« laissant les filets, leur père, et ses employés… » (1,18.20)1. La rencontre du Christ et les détachements.

2. L’objection comme signe de l’appel ?

De qui ou de quoi, dois-je me détacher ?
4Veux-tu suivre ou perdre le Christ ?  (1,21-3,6)

(+ Lc 5,1-11 si nécessaire).

 

L’appel de Lévi (2,13-17)« Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs » (2,17)La foi

Le pardon : le péché n’est pas un obstacle à l’appel mais au don de soi.

Quelle place a le sacrement de réconciliation dans ma vie  (confession) ?
4bisLe sacrement du pardon – Mode d’emploi 
5Veux-tu être avec Lui ? (3,7-4,34)

(+ Jn 15,1-8)

 

L’institution des 12 (3,13-19)

 

« Il en fit douze pour être avec Lui et pour les envoyer prêcher » (3,14)

 

1.     La fécondité : Le primat de l’union à Dieu sur l’action.

2.     La prière mystère de fécondité

Est-ce que j’accepte d’aimer le Christ pour Lui-même ?

Comment je m’organise pour prendre un temps de prière quotidien ?

6De la formation à la mission (4,35-6,29)

(+ Jn 21,15-22)

 

L’exécution de Jean-Baptiste (6,14-29)« Hérode avait lié Jean en prison » (6,17)Le repos.

La vocation dans le mariage

La croix dans la vie du disciple (fidélité, décisions, acceptations)

La masculinité.

A qui ou à quoi dois-je m’attacher, me lier, consentir ?

 

En tant qu’homme, ai-je l’impression d’assumer mon identité ?

7La mission à tous grâce au pain de l’unité (6,30-8,30)

(+ Ph 2,1-11)

La première multiplication des pains (6,30-44)« renvoie-les afin qu’ils aillent s’acheter de quoi manger » (6,36)L’ouverture à la différence (autrui).

L’Eucharistie source de l’unité dans l’Église.

Suis-je capable de rencontrer une personne différente ?

L’Eucharistie est-elle une présence recherchée dans ma vie ?

8 Le chemin vers Jérusalem (8,31-10,52)Les trois annonces de la Passion (8,31 ; 9,30 ; 10,32)« Pierre le prenant à part commença à lui faire de vifs reproches » (8,32)La vie du disciple comme lumières sur le Christ.

La souffrance, l’idéalisme

L’humilité comme service

Ai-je l’espérance de la sainteté, qui est vie et joie, dans ce quotidien marqué par la croix ?
9De la purification du temple à sa destruction

(11-12).

(Rm 12,1-13)

L’obole de la veuve (12,41-44)« Elle de sa pauvreté a mis tout ce qu’elle possédait, son entière vie » (12,44)Le rapport à l’argent et le don de sa personne dans un culte authentique.Suis-je dans le don du nécessaire ou du superflu ? De combien me manque t-il (argent, temps) pour pouvoir donner plus ?

Est-ce que je fais la différence entre faire des œuvres pour Dieu  et faire l’œuvre de Dieu?

10De la fin du temple à la fin du Christ  (chap. 13)

(Lc 21,19 ; 1 Th 5,1-11)

« Veillez » (13,37)La vertu et le vice.A quelles « habitudes », le Seigneur m’invite t-il aujourd’hui ?
11La passion I : Les disciples sans la foule (14,1-42)« Mon âme est triste à en mourir» (14,34)Contemplation sur la passion. Dans les différents domaines de ma vie, suis-je dans l’ « indifférence ignacienne » ?
12La passion II : La foule sans les disciples (14,43-15,39)Le reniement de Pierre (14,66-72)« Vraiment […] je ne connais pas cet homme » (14,70-71)Contemplation sur la passion.La croix est-elle un objet que je regarde pour m’aider à prier, « basculer », me donner ?
13La résurrection I : Recevoir le don de la mémoire (15,40- 16,8)Les paroles de l’ange (16,7)« Allez dire à ses disciples et à Pierre, qu’il vous précède en Galilée […] comme il vous l’a dit. » (16,7) La mémoire comme moyen de progrès dans la vie spirituelle.

 

Vais-je « faire mémoire » de cette retraite ? Comment ?

Quel est mon témoignage ? Suis-je capable de l’écrire et de le donner ?

14La résurrection II : De la mission à la trans-mission (16,9-19)« Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru » (16,17)L’évangélisation ou le souci de former des disciples-missionnaires.Ai-je le désir de transmettre non seulement un contenu mais aussi une capacité ?

Télécharger le plan

Teaser du Parcours saint Marc
La presse en parle
Témoignages

TÉMOIGNAGES SUR LE PARCOURS SAINT MARC

 

« En ce qui me concerne ce parcours a été un remue-ménage : je savais que Jésus est vivant : maintenant je commence à vivre avec Jésus vivant. C’est très différent et c’est le début de quelque chose… Je me suis reconnue dans les apôtres : je n’avais rien compris et maintenant je commence tout juste à commencer à comprendre. Le plus grand moment pour moi : découvrir que « je suis sa fille bien-aimée » cela a été une révélation et quand on sait cela, on doit agir comme on le fait avec toutes les personnes que l’on aime…… »

« Les enseignements du père étaient à la fois très profonds et très incarnés. On en ressort avec des armes nouvelles pour avancer dans la foi. J’y ai trouvé la paix, la confiance, et l’assurance que nous ne sommes pas seuls dans cette vie semée d’embuches. Au-delà des enseignements, j’ai été frappé par le comportement du père (simple, juste, humble, vrai) qui témoigne d’une grande liberté intérieure. »

« J’ai compris que je suis missionnaire parce que je veux suivre le Christ et qu’il ne peut en être autrement ! Je compte sur le Seigneur pour me montrer la route ! »

Ce parcours m’a remise en route : j’ai expérimenté concrètement combien la Parole de Dieu est Puissante ! Et l’Esprit Saint reçu de nouveau lors de l’Effusion a effacé mes peurs, ou plutôt m’a donné la force d’avancer malgré mes craintes, lesquelles s’évanouissent quand je me laisse faire par Lui et que j’ose, grâce à Lui, agir. »

« Nous avions une certaine appréhension à l’idée de nous livrer à des personnes inconnues – et plus encore à des personnes connues. En fait, Nous avons rencontré des personnes extraordinaires. Dès le premier cénacle, nous fait un partage sincère et profond de nos forces et nos faiblesses, sans jugement, autour de Jésus. Ces moments de relecture de nos vies à travers l’évangile de saint Marc ont été très essentiels. Nous nous sommes enrichis mutuellement les uns, les autres, et les témoignages de chacun nous ont aidés à progresser sur notre chemin de conversion. »

 

Témoignages Juin 2014


Témoignages 2015

Témoignages 2016-2017

Témoignages 2017

 

Les Cénacles

« Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux.» (Mt 18,20)

« Si deux ou trois unissent leur voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. » (Mt, 18, 19)

1.  Qu’est-ce qu’un cénacle ?

2 fonctions du cénacle : Prière et travail sur la parole de Dieu. Je peux revenir sur l’attitude des apôtres avant la Pentecôte. Que font-ils ?  Ils méditent les paroles données par le Christ et qui n’ont pas été comprises. La liturgie reprend cela en nous proposant de reprendre pendant les 10 jours, les discours de Jésus après la Cène (Jn 13-17).

C’est différent d’une fraternité avec un prêtre : le passage de maître-disciple à frères. Être autour du prêtre qui est le Christ ou être autour du Christ qui est au milieu de nous : je fais l’expérience que Dieu me conduit aussi par les autres, par la fraternité, par l’Église (je peux revenir sur le titre de Jésus (Mc 1,1) expliqué au topo 1 : Christ et fils de Dieu. Ce titre est donné par deux personnes.)

C’est un lieu de vulnérabilité, « sans masque ». Ce qui est dit ne ressort pas (souci de discrétion ; pas de « rapports » en grand groupe). Ainsi le cénacle est un lieu de « vraie » rencontre.

C’est un lieu où il fait bon vivre !! Joie. On touche plus par notre pauvreté que notre sagesse (le Christ crucifié est le terme de l’évangile et non la résurrection).

C’est Un lieu où l’on ne s’est pas choisi d’où la différence avec l’amitié ; des frères pourront devenir de vrais amis

2.  La mission du responsable :

  • La mission de responsable est une mission de prière pour chacun, une mission de « veilleur ».
  • Est-ce que la manière dont nous vivons le cénacle permet aux uns et aux autres d’approfondir leur relation au Christ ? Dit autrement nous vivons notre cénacle comme une suite du Christ ou comme un échange intellectuel extérieur à nous-mêmes ?
  • Est-ce que le processus de conversion est en même temps un processus de fraternisation (ce que n’est pas l’amitié).
  • Une fonction administrative (1ers contacts, envoi mails).
  • Ce que n’est pas le responsable ? Il ne materne pas les personnes par des commentaires sur les échanges des uns et des autres. Attention à ne pas être « professeur » ou « père » mais frère aussi dans la pureté d’un accueil simple.

3.  Déroulement

  • 15 mn : prière (en moyenne). Attention à ne pas fabriquer une prière. Attention à ne pas être « décalé ». Je ne fais pas en fonction de ma spiritualité mais de celle du groupe. Je prendrai un certain soin à faire « un coin prière » avec l’image du Parcours (l’appel des disciples). Au début de la rencontre nous reprendrons la prière de confiance à Dieu qui est « notre charte ». La responsabilité de ce temps de prière peut tourner. Elle change en fonction du lieu qui reçoit par exemple. Une feuille de chants ou un carnet de chant est à prévoir pour le cénacle.
  • 1 heure 15 : Partage autour des questions pour accorder notre vie à l’Évangile). Le silence est demandé quand l’autre parle ; les membres du cénacle ne « rebondissent pas » sur les propos des uns et des autres. Restons dans un climat de prière et non de débat.

Qu’est-ce que je découvre pendant ce temps ? Que Dieu parle dans ma vie et à travers la vie des autres, en étant à l’œuvre dans la vie des autres.  Cette prise de conscience doit déboucher intérieurement pour chacun sur la question : « comment répondre au Christ ? ».  En tant que responsable je peux commencer à partager pour la première séance. Attention, certains partagent sur beaucoup de choses mais jamais sur leur relation à Dieu. Ils ne disent jamais « je ».  Essayez alors de recentrer le partage au moment opportun. Il est mieux de prendre chaque question ou groupe de questions, et de faire passer la parole plutôt que chaque personne parle un long temps sur toutes les questions.

Les questions pour préparer le topo suivant (questions de lecture) : Cette série de question n’est pas à traiter en cénacle. On préconise de bien travailler chez soi la première série de question tout de suite après le topo ; et la seconde série quelques jours avant l’enseignement suivant, afin de bien avoir le texte en tête.

Savoir gérer les temps de parole.

1er cénacle mode d’emploi :

  • Réexpliquer le pourquoi du Cénacle.
  • Temps de prière avec la « prière de confiance au Père ».
  • Présentation : S’accueillir dans notre histoire sainte, en lien avec la parole « Tu es mon fils bien aimé ». Pour le premier cénacle nous vous proposons que chacun raconte son histoire avec le Seigneur. Certains ont un « fort témoignage », d’autres non, mais nous avons tous une histoire avec le Seigneur. Se présenter par cette histoire (éducation chrétienne, scoutisme, expérience forte de Dieu à tel moment, qu’est-ce que j’ai fait de spirituel pendant les 10 dernières années ? et si je n’ai rien fait pourquoi pas, rien n’est un problème…).  Se présenter ainsi, c’est ouvrir son cœur plus en profondeur que « je fais tel métier et j’habite là », même si ces éléments sont importants et illustrent notre personne.
  • Revoir l’ensemble des documents donnés (si nécessaire comme le plan de l’année).

4.  Points d’attention :

Pourquoi arriver à l’heure et être fidèle ?  C’est le langage de l’amitié. Nous sommes présents aux choses qui nous paraissent importantes. J’ai besoin de la fidélité de l’autre pour être moi-même fidèle. Si quelqu’un doit être absent il a la délicatesse de prévenir le responsable de cénacle.

La nécessité de préparer avant : On n’invente pas les réponses sur le moment. On prépare par écrit en notant les points importants que l’on va partager. Généralement on s’aperçoit que quelqu’un qui parle trop longtemps est souvent quelqu’un qui n’a pas préparé son partage. Pourquoi ne pas avoir un carnet (ou un lieu écrit) où je vais mettre d’une manière particulière, les points de conversion que je découvre cette année ? Comment je vais inscrire le chemin que Dieu me trace ?

Rassurer : le but n’est pas de tout comprendre de l’Évangile. D’ailleurs n’est-ce pas dangereux de dire que nous comprenons « toute la Parole de Dieu » ? Ce qui est le plus important est « la suite du Christ » plus que l’Evangile de Marc.   En tant que responsable j’en porte le souci.

Le week-end à rappeler s’il est mis en place par la paroisse, la communauté… (A noter sur l’agenda ainsi que toutes les dates de l’année), réfléchir sur la garde des enfants pour ce WE. S’il y a un souci il faut le dire maintenant et ne pas attendre.

Pour le cénacle, proposer « les anges gardiens » : on peut proposer à chacun, au début du prochain cénacle, de tirer au sort le prénom d’un autre membre du cénacle, et de s’engager à prier particulièrement pour lui pendant le parcours Saint Marc : c’est un moyen simple de créer cet esprit de prière les uns pour les autres durant l’année… Il est de toutes manières important de trouver en cénacle un moyen concret de prolonger la prière des uns pour les autres tout au long de la semaine (prendre tous 5 min de prière le matin au lever ; ou prier tous les lundis pour telle personne, mardi pour untel… et le WE pour tout le cénacle…)

Passer d’un service de responsable à un esprit de « famille » : La vie du Cénacle est limitée à une soirée tous les 15 jours ; il est bon de manifester de l’intérêt à chaque personne en dehors des temps de cénacle : par exemple l’appeler le jour de son anniversaire, lui demander des nouvelles lorsqu’il/elle a confié une intention etc. Soyons charitables en premier lieu avec nos frères/sœurs de Cénacle.

5.  A faire rapidement après constitution du cénacle

Dans les deux jours, après que j’ai été appelé comme responsable, j’envoie un mail à tous les membres de mon cénacle, en demandant de « préparer son histoire sainte » ou « son histoire avec Dieu » ; et en demandant d’accuser réception du mail.

Documents pour les participants à un Cénacle Documents pour les responsables de Cénacle Inscriptions Parcours saint Marc – Fiche élève Calendrier du parcours sur un an en Cénacle

Le week-end Saint Marc

Pourquoi un week-end ?

A mi-chemin du Parcours Saint Marc est proposé une récollection de deux jours, pourquoi ?

Aimer c’est partir. On le voit dès le commencement de l’Évangile, avec la pédagogie de Jean- Baptiste qui invite les habitants de Jérusalem à retourner au désert (Mc 1, 4). Ces 24 heures sont alors un petit désert que les participants s’offrent dans l’année. Celui-ci me permet de faire l’expérience que je suis capable, par amour, de vivre une rupture pour le Seigneur ; et cette mise à l’écart est aussi un lieu de révélation et de consolation (Os 2, 16). N’est-ce pas ce qui est signifié au cœur de l’évangile quand Jésus emmène à l’écart ses disciples pour leur faire la révélation de son identité de Messie (Mc 8, 27).

Ainsi nous aurions tort de ne pas adopter la même pédagogie que Jésus !

A quel moment de l’année ?

Nous préconisons de faire le WE après l’enseignement 8 « le chemin vers Jérusalem » et avant le cénacle qui lui est associé. En effet les questions qui suivent l’enseignement 8 sont délicates, car liées au mystère de la souffrance dans nos vies. La récollection ouvre les cœurs à un nouveau rapport entre les participants qui permet d’aborder plus simplement, sans une pudeur excessive des sujets plus difficiles.

Le thème ?

La récollection est sur le thème de l’Esprit Saint et de la joie de l’évangélisation.

En effet l’Esprit Saint est le grand absent de l’Évangile de Marc. Certes il est mentionné, mais contrairement à l’Évangile de Jean ou de Luc il n’est jamais présenté dans sa mission sanctificatrice.

De plus, à mesure que nous avançons dans le récit, les disciples se font de plus en plus absents et ceci en particulier après le chapitre 8, 27. L’annonce du mystère de la croix les fait progressivement fuir, au point que le dernier mot du disciple sera la négation de son être de disciple « je ne connais pas cet homme » (Mc 14, 71)

Le don de l’Esprit Saint est donc une nécessité pour retrouver ou se réconcilier avec son être de disciple, pour intégrer la formation donnée par Jésus, afin transmettre avec puissance le message de l’Évangile.

 

Bon Week-end, bon désert !

Esprit et déroulé du week-end Programme du week-end L’organisation du week-end Exercice de prière pour la veillée

Dates des retraites du Parcours Saint Marc en France

Retraites prêchées par le père Paul Dollié

 

Foyers de Charité de Chateauneuf de Galaure :

19-25 août 2019

Infos : www.foyer-chateauneuf.com

 

Contacts

Pour toute question pastorale, contacter Paul Dollié : 8 Rue Saint Pie X 56000 Vannes, 06 98 15 33 28.

Pour toute question technique, contacter Jeanne Fleury : 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris, 06 59 08 62 61